Menu

imglivre« De quoi s’agit-il quand on fait un livre d’artiste ? Il s’agit d’amener le lecteur- et aussi l’auteur – en pays inconnu, avec une liberté qu’aucune édition courante ne peut permettre. Tous les éléments du livre ont cette mission (choix typographiques, format, papier, images, reliure, couleurs, etc.). Tout cela est assez courant, mais il est des choix que l’auteur lui-même n’avait pu envisager : sectionnement du texte, insertion de blancs ou de gravures, appui sur certains mots, etc. Tout cela permet non seulement une perception totalement nouvelle d’un texte, mais aussi une vision imprévue d’une gravure. Ces interventions, qui surprennent parfois, ne sont pas sans danger : si par exemple, le texte choisi n’est pas solidement construit, et chargé de sens, il ne survivra pas à l’épreuve. Je dois avouer que plus le texte est solide,plus je me sens libre de l’étirer, le tordre, ou le couper en morceaux, pour éprouver sa résistance et lui faire enfin la grâce, et la surprise, d’une vie de plus… Cette apparence de totale liberté dans le traitement du texte n’a pas vraiment de limite, si ce n’est la cohérence de son sens, qui pour moi demeure une priorité absolue : tous les choix techniques sont possibles, pourvu qu’ils aient du sens… »

C. Illouz, extrait de « Pourquoi des livres d’artiste ? »
Conférence de C. Illouz au Biblioparnasse, Dives sur mer, Septembre 2013